Kely fotsiny

Kely fotsiny (= Un tout petit peu) est le blog de l'association humanitaire "Quand m'aime ?". Il permet de donner les dernières nouvelles des foyers d'accueil d'enfants des rues que nous avons ouverts à Antsirabe (Madagascar), il vient en renfort du site web http://www.quandmaime.org/


jeudi 13 août 2009

Préparons la rentrée...

Tout d'abord quelques nouvelles durant ces vacances scolaires...

Jeannot a quitté Fahitana, avec beaucoup de tristesse, pour retourner vivre à Antananarivo auprès de sa femme et ses deux filles. En effet, cette famille s'est fait cambrioler ainsi que deux de leurs voisins avec violence. En effet, les voleurs leur ont pointé un pistolets sur leurs tempes, et ils ont tout pris. Ils n'ont plus rien, et bien sûr, il n'y a aucune assurance pour les aider dans cette situation matérielle très difficile, sans parler du traumatisme psychologique d'avoir vécu cette situation. Ses 3 "femmes" ne veulent donc plus vivre seules la semaine, ce qui se comprend aisément. Pour aider Jeannot et sa famille à prendre un nouveau départ, et leur premettre de racheter le minimum nécessaire dans leur maison, nous avons décidé de continuer à verser à Jeannot son salaire comme s'il travaillait encore chez nous durant quelques mois. Nous ne pouvons faire plus, car nos financements sont difficiles en ce moment, mais j'y reviendrais...

Mme Maria a du se faire opérer la semaine dernière de fibromes, nous lui souhaitons un bon rétablissement. Nous n'avons pu participer aux frais d'opération.

Marie-Angeline est partie en vacances dans sa famille à Fionarantsoa au sud d'Antsirabe. Sa famille a organisé le Famadihana (fête de retournement des morts) pour ses parents décédés il y a quelques années.

Pour les premiers résultats scolaires (des enfants parrainés uniquement) chez Mme Pascaline :
- Charlot passe en 1ère,
- Tojo et Samuéline passe en 3ème,
- Stella et Jean-Baptiste passe en 4ème,
- Caroline, qui a obtenu son certificat d'étude, passe en 6ème,
- Natacha passe en 7ème,
- Eric, Charlemagne, Charlette, attendent les résultats du BEPC,
- Alfredson, Vony, Ronaldo, Yvanne et Yvonne redoublent...
- Tafita passe en 10ème.
Vonjy, Ronaldo, Yvonne sont très souvent malades ce qui expliquent leurs mauvais résultats. Alfredson, a pour sa part, la "tête dure", et refuse de travailler à l'école...


Durant les vacances, les enfants partent une journée par semaine en promenade avec pique nique afin de se changer les idées et sortir un peu du quotidien.

Merci de participer au petit sondage concernant la publicité situé à gauche de ce message.

Je reviens donc sur nos problèmes financiers en cette période de crise. Quelques généreux et fidèles parrains -qui nous aidaient depuis beaucoup d'années- ont du pour des raisons différentes et forts compréhensibles (propres à chacun d'entre-eux) arrêter leurs parrainages. Ces trois derniers mois, plus particulièrement nous avons eu plusieurs départs. Notre budget annuel étant très serré et notre marge de manoeuvre très très courte, ces quelques désistements pèsent un poids important dans notre budget. Comme en plus à Madagascar, avec la situation politique actuelle instable, certains prix de matières premières et certaines factures (Eau, Électricités) ont flambés et ne cessent d'augmenter chaque mois, nous perdons énormément de pouvoir d'achat. Les temps sont donc durs pour nos 4 sites, d'autant que ce mois ci nous avons toutes les inscriptions scolaires (je vous rappelle que l'école est payante à Madagascar) et les fournitures scoalires à payer... Nous ne pourrons donc pas payer les fournitures scolaires des familles de 4'mis que nous aidions chaque année, il en va de la survie de l'association...
Nous en appelons donc à toutes vos bonnes idées et vos carnets d'adresses (surtout d'entreprises) qui seraient susceptibles de nous apporter des fonds. Nous vous en demandons déjà BEAUCOUP et ce n'est que GRÂCE A VOUS que l'association fonctionne, c'est donc avec beaucoup d'embarras que je vous lance ce nouvel appel, non pas à vos porte-monnaies mais encore une fois, plus à l'arrivée d'entreprises mécènes supplémentaires qui seraient les bienvenues.

Encore mercis pour votre générosité... sans vous les enfants retourneraient à la rue