Kely fotsiny

Kely fotsiny (= Un tout petit peu) est le blog de l'association humanitaire "Quand m'aime ?". Il permet de donner les dernières nouvelles des foyers d'accueil d'enfants des rues que nous avons ouverts à Antsirabe (Madagascar), il vient en renfort du site web http://www.quandmaime.org/


mardi 22 juin 2010

De retour de Madagascar partie 7

Au Petit Pays, nous avons eu un grand plaisir de retrouver nos petits bouts de choux de la cantine, avec leurs petites bouilles adorables. Hiary et sa maman Honorine, toutes deux en bien mauvaise santé, s'occupent avec enthousiasme de leurs protégés. Honorine dit Bébé Nono (la maman de Tina et Hiary) souffre de la goutte, et sa tension atteint parfois 26, le médecin pense que c'est un vrai miracle qu'elle soit encore en vie. Quant à Hiary, c'est une maman comblée, on voit comme ce petit bébé, qu'elle a attendu tellement d'années lui a changé sa vie. Par contre, elle a beaucoup maigri, et semble en bien mauvaise santé avec des carences multiples.









Une visite à Ambalavato Sud pour retrouver nos amis les 4'mis que nous aidons beaucoup moins désormais, mais qui ont pourtant toujours autant de demandes et de projets auxquels ils veulent nous faire participer. Chaque jour, nous avions des quantités de demandes et pour ne pas que l'on oublie, nous recevions souvent une petite lettre, donnée en main propre, reprenant la doléance dans les grandes lignes... 42 petites lettres et seulement quelques unes que nous pouvions réaliser... beaucoup de déception autour de nous... difficile parfois d'accepter moralement que quoique l'on fasse, ce soit toujours insuffisant...










Je vais aussi vous parler de notre petit couple : le grand père aveugle et sa femme. Je n'ai pas de photo 2010 à vous montrer car il aurait été indécent de prendre des photos de notre petit papa squelettique, mourant au premier étage (où l'on accède par une échelle) de sa mini-maison à la campagne (à 4h de marche d'Antsirabe). Il ressemble à ces vieilles photos des hommes prisonniers des camps de concentration de la 2e guerre mondiale. Couché à même le sol, malade depuis le mois de février, il n'arrive pratiquement plus à s'alimenter. Sa petite femme, court partout et s'occupe de lui, heureusement qu'elle a un courage et un enthousiasme époustouflant, elle est son dernier petit rayon de soleil... Il a refusé que nous l'emmenions en voiture jusqu'à l'hôpital, il souhaite mourir chez lui... Bonjour tristesse.

Photo souvenir de 2005


vendredi 18 juin 2010

De retour de Madagascar partie 6

Un petit passage chez Bien-Aimé

Chez Bien-Aimé, la visite était aussi riche en émotions, il aime rendre solennels ces moments de partages dans sa maison. Quand on arrive là-bas, on a un peu l'impression d'être des rois ou des présidents en voyages officiels, tant la famille prépare notre venue avec des petits discours soigneusement lus. Toute la famille nous a dit avec émoi, la joie qu'ils avaient d'avoir retrouvé leur maman saine et sauve. Ils ont remercié vivement toute l'association de lui « avoir sauvé la vie » grâce au paiement des soins qui leur auraient été impossible sans vous. Après ces longs mois de soucis pour la santé de sa femme entre la vie et la mort, Bien-Aimé avec beaucoup de tremblements dans la voix, a donné la parole à Nassa et Tsilavina qui ont lu leurs petits compliments. C’était vraiment très touchant, et Josiane n’arrêtait pas de sourire, son retour à la vie était vraiment palpable.

Nasandratra (dit Nassa) lit avec beaucoup d'application le texte qu'elle nous a si soigneusement préparé

Tsilavina aussi est très touchant


Une belle famille


Justin-Marie, sa femme et leur bébé âgé d'un mois


Lydia, son mari et leur petite fille


Nadia, sa jumelle, son mari et leur fils

Tsilavina, Lanto et Toky, les 3 petits hommes de la famille

Nassa et Olivia, des sourires enchanteurs

Bien-Aimé et Josiane, le bonheur retrouvé

Voici des extraits des affectueux remerciements destinés à vous tous, ils font monter les larmes aux yeux, n'est-ce pas ? Je recopie les textes tels quels afin que vous puissiez les lire de la même façon que nous les avons entendus...

"Nous vous souhaitons la bienvenue dans la famille Fanomezantsoa parce que Fanomezana veut dire "don" et Tsoa veut dire "joli". Ici comme tous les malgaches nous avons des problèmes mais grâce à vous, nous pouvons vivre ensemble, grâce pour votre aide. Merci pour votre aide parce que sans vous nous n'avons pas de continuer l'enseignement et les études. Pour moi même, sans vous, je suis un aveugle car c'est terrible pour moi de voir sans lunettes. (...) merci de votre soutien et collaboration efficace" - Tsilavina

"Nous vous souhaitons la bienvenue dans notre maison, car cette date d'aujourd'hui on n'oublie pas parce que c'est une visite d'aimés, et d'être aimé c'est la grâce de Dieu car l'association d'Amandine c'est une famille qui garde les enfants dans son alliance. Car sans vous, nous n'avons plus vivre et nous serons dans la rue. Et sans vous qu'est-ce que va faire papa pour la vie de sa famille, mais par vous c'est que Dieu nous a bénis.Nous vous remercions mille mille fois pour la santé de maman qui était pendant 4 mois à l'hôpitale, sans vous la vie n'a pas sauvé. (...) Nous vous remercions de votre amour pour nous et nous n'avons rien à faire que de prier pour vous tous de l'association en France toujours et toujours. Nous vous embrasse" - Nasandratra

lundi 14 juin 2010

De retour de Madagascar partie 5

Avant de poursuivre le recit de notre séjour, je vais vous parler de la journée d'hier. Les enfants et moniteurs ont défilé dans les rues d'Antsirabe avec toutes les associations liées à l'enfance pour la journée contre le travail des enfants organisée par l'ONG Sarobidy. La région Vakinankaratra (à laquelle appartient Antsirabe) est identifiée comme la région la plus touchée par le travail des enfants. Selon les enquêtes, dans cette région, plus de 330 000 enfants âgés de 5 à 17 ans sont engagés dans l'esclavage en tant que domestiques, dockers dans une prostitution toujours aussi importante.... « C'est pour diminuer les pratiques qui consistent à faire participer les enfants au revenu familial que l'on a choisi ces deux communes de la région pour ce début » explique Lalaina Razanapera, coordinatrice de l'ONG Sarobidy.


--------------------------

Reprenons notre récit avec le site de Mme Pascaline... J'ai découvert la maison que nous louons pour remplacer celle que nous avions achetée, et qui s'était à moitié écroulée lors d'un cyclone. Elle est située juste derrière l'autre juxtaposant l'étable avec le zébu de Mme Pascaline.

Nous avons été accueillis très chaleureusement, que de beaux sourires sur les visages des enfants, exceptés pour Jeannot et Njara en pleine crise d'adolescence ! ... cela passera (rire !)


La maison respirait le frais et c'était une sensation très agréable. Par contre nous allons renouveler petit à petit chaque mois, matelas et couvertures. Les matelas (en simple mousse) étant posés à même le sol sont très fins et usés, un renouveau ne sera pas du luxe. Sur ce site, pas d'eau courante mais un puits dans le jardin.

Charlette se lavant les mains au puit

Jean-Baptiste


Vonjy

Yvonne

Ronaldo


Tojo

Ivan

Natacha

Tafita

Stella

Sarah


Charlette


Samuëline

Maria


Njara

Jeannot

Charlemagne

Charlot


Eric

J'essaye de mettre des photos de tous les enfants parrainés, malheureusement il manque une photo de Mélanie qui était fort malade (crise de palu). Dès qu'elle ira mieux Tina m'enverra une photo.

jeudi 10 juin 2010

De retour de Madagascar partie 4

Parmi les grands, nous avons aussi Kelly et Batoto qui sont les deux fainéants du groupe. Kelly a pourtant toute une batterie de diplômes de menuiserie, il se débrouille plus que bien, mais il ne tient jamais plus d'un mois un travail ! Mme Maria lui avait pourtant trouvé même un emploi chez un menuisier mauricien exportateur de meubles. Même s'il n'avait fait que quelques années chez lui, cela lui aurait donné encore un bagage supplémentaire, et lui aurait même permis de se faire connaître à l'étranger. Il était rémunéré 7000 Ary par jour ce qui est un bon salaire. Il n'y est resté que 2 semaines, puis ne s'est plus présenté...


Quand à Batoto, c'est pire encore l'association où il avait passé son diplôme lui avait trouvé un stage d'un an rémunéré mais il ne s'y est jamais présenté, faisant chaque jour semblant de s'y rendre, car il a jugé que c'était trop loin.

Croyez moi que ces 2 là, nous les avons bien sermonnés, et nous leur avons mis les choses au point et quelques ultimatums afin de les remuer un peu.


Bolo, Kelly à la guitare et Tahina

Batoto et Baine jouant aux cartes

Nous avons emmené un petit groupe dans un parc -dit d'attractions- payant (chez nous, nous appellerions cela un parc) avec de simples toboggans et balançoires. Ils se sont éclatés comme des petits fous.

Patrice, Sarobidy et Lanto

Sylvia et Bled

Bled

Sylvia

Tahina

Hiacina

Eva

Claudine

Petite Domoina

Tina

Marie-Angéline, Lanto, Sarobidy et Onja

A demain, merci pour vos si gentils commentaires